Maison Guiette

1926, Anvers - BELGIQUE

Première commande reçue par Le Corbusier à  l’étranger, la Maison Guiette fait partie, dès 1925, de l'oeuvre architecturale de Le Corbusier dans une dimension internationale. Elle est le signe de sa reconnaissance précoce  à l’échelle européenne, et contribue fortement à la naissance de l’architecture moderne en Belgique et aux Pays Bas. Le maître d’ouvrage, René Guiette (1893-1976) appartient à la mouvance d’avant-garde anversoise.

La Maison Guiette s’insère dans la série des demeures puristes où Le Corbusier applique dans les années 1920 les Cinq points pour une architecture nouvelle : les pilotis, le toit-jardin, le plan libre, la fenêtre en longueur, la façade libre. Son projet s’apparente aux maisons de la Weissenhof-Siedlung de Stuttgart (1927). Le Corbusier y explore déjà de manière singulière le principe de la Maison Citröhan, l’un de ses premiers modèles théoriques d’habitation, basé sur la standardisation des éléments constructifs et sur son approche morale de l’habitat réduit à l’essentiel, en tant que “machine à habiter”. La particularité du projet de la Maison Guiette découle de divers facteurs : la forme étroite et longue de la parcelle est en fait typiquement belge. Par ailleurs, les prescriptions urbanistiques imposent une implantation mi-dégagée avec passage côté ouest. Le souhait explicite du maître d’ouvrage enfin de vivre au rez-de-chaussée avec accès immédiat au jardin, éliminera d’office les pilotis du modèle Citröhan et entraînera l’insertion peu commune de la cuisine et des toilettes côté rue. Les bandeaux de fenêtres horizontaux, le toit-terrasse, les travées verticales inégales avec escalier à volées droites et raides, l’atelier en duplex et l’entière conception spatiale qui invite à la “promenade architecturale”, comptent parmi les autres éléments spécifiques.

La maison entière se résume à une boîte simple et parfaite. Le Corbusier prévoit pour les façades un parement lisse peint couleur terre de Sienne. Comme les prescriptions urbanistiques exigent un parachèvement de matériaux nus et visibles, c’est un revêtement de granili, couleur pierre bleue, qui sera finalement employé. La paroi vitrée verticale, posée un peu en retrait, marque, tant dans la façade avant qu’arrière, la travée qui comporte, pour accéder aux étages, les deux escaliers à volées droites. La promenade architecturale aboutit à l’atelier avec mezzanine doté, côté rue, d’une grande paroi vitrée et d’un balcon. La mezzanine donne accès à la toiture-terrasse emmurée pourvue d’un petit balcon côté jardin et d’un oculus dans sa face latérale.

Le plan comprend au rez-de-chaussée les services tels que cuisine, office, toilettes et escalier, tandis que le  vaste séjour s’ouvre largement sur le jardin. Au premier étage les chambres à coucher des parents à l’avant et des enfants à l’arrière s’ordonnent à partir du palier avec entre elles la salle de bain, la lingerie et les toilettes. La nursery occupe l’arrière du deuxième étage et un couloir incurvé mène, côté rue, à l’atelier de double hauteur. La chambre de bonne, une remise et une chambre noire sont aménagées à gauche de ce couloir.

Dans cet intérieur, c’est la palette abstraite de couleurs, liée à la perception de l’espace, de l’esprit des lieux et de la lumière, qui caractérise essentiellement l’ensemble. Les coloris des murs peints contribuent soit à renforcer leur présence, soit à les faire en quelque sorte disparaître de manière à rompre le cloisonnement. Le Corbusier a lui-même conçu l’agencement des couleurs durant son unique visite à la demeure, et a suivi de près les travaux de peinture. Le choix assez limité se résume à l’utilisation de l’outremer, du bleu pâle et du bleu pervenche, de l’ombre et sienne brûlés, du rose, de l’ocre, du vert anglais et du gris dans les tonalités allant du gris perle au gris foncé et blanc.

Texte : Gilles Ragot
Crédit photographies : G. Mansy
© FLC/ADAGP, 2014

Guiette House

1926, Antwerp - BELGIUM

The first order received by Le Corbusier abroad, the Guiette House belongs, as early as 1925, to Le Corbusier's architectural work in an international dimension. It is a sign of its early recognition on a European scale, and strongly contributes to the birth of modern architecture in Belgium and the Netherlands. The owner, René Guiette (1893-1976) belongs to the Antwerp avant-garde movement.

The Guiette House is part of the series of purist residences where Le Corbusier applied in the 1920s the Five Points for a new architecture: the piles, the roof garden, the free plan, the window in length, the free facade. His project is similar to the houses of the Weissenhof-Siedlung in Stuttgart (1927). Le Corbusier is already exploring in a singular way the principle of Maison Citröhan, one of his first theoretical models of habitation, based on the standardization of the constructive elements and on his moral approach of the habitat reduced to the essential, in as a "living machine". The particularity of the Guiette House project stems from various factors: the narrow, long form of the plot is in fact typically Belgian. In addition, the urbanistic prescriptions impose a semi-clear layout with passage on the west side. The explicit wish of the building owner to live on the ground floor with immediate access to the garden will automatically eliminate the piles of the Citröhan model and lead to the unusual insertion of the kitchen and toilets on the street side. Horizontal windows, the roof terrace, uneven vertical spans with straight and steep stairways, the duplex workshop and the complete spatial design that invites the "architectural walk" are among the other specific elements.

The whole house comes down to a simple and perfect box. Le Corbusier plans for the facades a smooth facing painted Sienna color. As the urbanistic prescriptions require a completion of bare and visible materials, it is a coating of granili, color blue stone, which will be finally used. The vertical glazed wall, placed a little behind, marks, both in the front and rear facade, the span which comprises, to access the floors, the two stairs with straight flights. The architectural promenade leads to the mezzanine with street side, a large glass wall and a balcony. The mezzanine gives access to the roof-terrace walled with a small balcony garden side and an oculus in its side face.

The plan includes on the ground floor services such as kitchen, office, toilet and staircase, while the vast living room opens largely on the garden. On the first floor parents' bedrooms in the front and children in the back are arranged from the landing with the bathroom, the laundry and the toilet between them. The nursery occupies the back of the second floor and a curved corridor leads, on the street side, to the double-height workshop. The maid's room, a shed and a dark room are located on the left of this corridor.

In this interior, it is the abstract palette of colors, related to the perception of space, the spirit of places and light, that essentially characterizes the whole. The colors of the painted walls contribute either to reinforce their presence, or to make them somehow disappear in order to break the partitioning. Le Corbusier himself designed the color scheme during his only visit to the house, and followed the painting work closely. The rather limited choice boils down to the use of ultramarine, pale blue and periwinkle blue, shade and burnt, pink, ocher, English green and gray in tones ranging from Pearl gray to dark gray and white.

Text: Gilles Ragot
Photo credits: G. Mansy
© FLC/ADAGP, 2014

 

 

INFOS PRATIQUES/Practical information

32, avenue des Peupliers
Anvers/Antwerp
Non visitable/Private, not open to the visits

 CarteCarte