Maison Guiette

Anvers, 1926 - BELGIQUE

Première commande reçue par Le Corbusier à  l’étranger, la Maison Guiette inscrit, dès 1925, L’Œuvre architecturale de Le Corbusier dans une dimension internationale. Elle est le signe de sa reconnaissance précoce  à l’échelle européenne, et contribue fortement à la naissance de l’architecture moderne en Belgique et aux Pays Bas. Le maître d’ouvrage, René Guiette (1893-1976) appartient à la mouvance d’avant-garde anversoise.

La Maison Guiette s’insère dans la série des demeures puristes où Le Corbusier applique dans les années 1920 les Cinq points pour une architecture nouvelle : les pilotis, le toit-jardin, le plan libre, la fenêtre en longueur, la façade libre. Son projet s’apparente aux maisons de la Weissenhof-Siedlung de Stuttgart (1927). Son projet s’apparente aux maisons de la Weissenhof-Siedlung de Stuttgart (1927). Le Corbusier y explore déjà de manière singulière le principe de la Maison Citröhan, l’un de ses premiers modèles théoriques d’habitation, basé sur la standardisation des éléments constructifs et sur son approche morale de l’habitat réduit à l’essentiel, en tant que “machine à habiter”. La particularité du projet de la Maison Guiette découle de divers facteurs : la forme étroite et longue de la parcelle est en fait typiquement belge. Par ailleurs, les prescriptions urbanistiques imposent une implantation mi-dégagée avec passage côté ouest. Le souhait explicite du maître d’ouvrage enfin de vivre au rez-de-chaussée avec accès immédiat au jardin, éliminera d’office les pilotis du modèle Citröhan et entraînera l’insertion peu commune de la cuisine et des toilettes côté rue. Les bandeaux de fenêtres horizontaux, le toit-terrasse, les travées verticales inégales avec escalier à volées droites et raides, l’atelier en duplex et l’entière conception spatiale qui invite à la “promenade architecturale”, comptent parmi les autres éléments spécifiques.

La maison entière se résume à une boîte simple et parfaite. Le Corbusier prévoit pour les façades un parement lisse peint couleur terre de Sienne. Comme les prescriptions urbanistiques exigent un parachèvement de matériaux nus et visibles, c’est un revêtement de granili, couleur pierre bleue, qui sera finalement employé. La paroi vitrée verticale, posée un peu en retrait, marque, tant dans la façade avant qu’arrière, la travée qui comporte, pour accéder aux étages, les deux escaliers à volées droites. La promenade architecturale aboutit à l’atelier avec mezzanine doté, côté rue, d’une grande paroi vitrée et d’un balcon. La mezzanine donne accès à la toiture-terrasse emmurée pourvue d’un petit balcon côté jardin et d’un oculus dans sa face latérale.

Le plan comprend au rez-de-chaussée les services tels que cuisine, office, toilettes et escalier, tandis que le  vaste séjour s’ouvre largement sur le jardin. Au premier étage les chambres à coucher des parents à l’avant et des enfants à l’arrière s’ordonnent à partir du palier avec entre elles la salle de bain, la lingerie et les toilettes. La nursery occupe l’arrière du deuxième étage et un couloir incurvé mène, côté rue, à l’atelier de double hauteur. La chambre de bonne, une remise et une chambre noire sont aménagées à gauche de ce couloir.

Dans cet intérieur, c’est la palette abstraite de couleurs, liée à la perception de l’espace, de l’esprit des lieux et de la lumière, qui caractérise essentiellement l’ensemble. Les coloris des murs peints contribuent soit à renforcer leur présence, soit à les faire en quelque sorte disparaître de manière à rompre le cloisonnement. Le Corbusier a lui-même conçu l’agencement des couleurs durant son unique visite à la demeure, et a suivi de près les travaux de peinture. Le choix assez limité se résume à l’utilisation de l’outremer, du bleu pâle et du bleu pervenche, de l’ombre et sienne brûlés, du rose, de l’ocre, du vert anglais et du gris dans les tonalités allant du gris perle au gris foncé et blanc.

Texte : Gilles Ragot
Crédit photographies : G. Mansy
© FLC/ADAGP, 2014 

 

INFOS PRATIQUES

32, avenue des Peupliers
Anvers
Non visitable

 CarteCarte