Maisons La Roche-Jeanneret

Paris, 1923 - FRANCE

Les Maisons La Roche et Jeanneret sont deux maisons mitoyennes du XVIe arrondissement de Paris. Elles ont été conçues comme un ensemble architectural unique mais elles ne relèvent pas du même programme : la Maison La Roche est celle d’un riche collectionneur célibataire,  tandis que la Maison Jeanneret  répond aux besoins d’un couple avec trois enfants. Les maisons concrétisent la rencontre entre la peinture puriste, que le commanditaire Raoul La Roche collectionne, et l’architecture moderne naissante.

Dessinée en forme de L, la maison comprend deux parties distinctes : une aile résidentielle située dans le prolongement de la Maison Jeanneret  voisine, et une aile en retour dédiée à la galerie de tableaux. Dans la Maison La Roche, Le Corbusier révolutionne l’espace intérieur,  développant sa "promenade architecturale", celle de l’espace/temps. L’architecture est ainsi conçue pour être appréciée en mouvement et se découvre dans le temps.  La continuité spatiale est obtenue grâce à de nombreuses percées et à la suppression des cloisons et des portes.
L’usage de la couleur participe aussi de cette nouvelle perception de l’espace. Le Corbusier applique ici une polychromie architecturale issue des théories puristes. Les couleurs employées appartiennent aux trois gammes – forte, dynamique et de transition –, qui séquencent de la « promenade architecturale ».

 

La Maison Jeanneret est construite pour Albert Jeanneret, le frère de Le Corbusier, son épouse et leurs trois enfants.  Les servitudes du programme  n’autorisent pas le moindre espace perdu. Malgré un plan beaucoup plus dense que celui de la Maison La Roche, l’idée de continuité spatiale, servie par des moyens plus modestes, demeure.
Expérimenté pour la première fois dans la Maison Jeanneret, le « plan retourné » renverse la disposition traditionnelle de la maison. Le jardin quitte la base du bâtiment pour en occuper le sommet. L’étage réservé aux espaces de vie et de réception gagne le dernier niveau juste sous le toit-terrasse. « Toute la vie de famille, écrit Le Corbusier, tend vers cette partie haute de la maison. […] On fuit la rue, on va vers la lumière et l’air pur ». Les  Maisons La Roche et Jeanneret proposent ainsi un nouvel art de vivre urbain qui renverse le plan traditionnel.

Réunies en un seul et même ensemble architectural de formes géométriques pures dénuées de tout décor, les Maisons La Roche et Jeanneret constituent en 1923 une œuvre d’avant-garde unique en France et à l’échelle de la planète. L’absence de toit en pente, remplacé par un toit-terrasse accuse encore la radicalité de cette composition. Le Corbusier pose ici les bases de la nouvelle architecture moderne : formes géométriques pures, absence de décor, pilotis, toit-terrasse, fenêtre en longueur. Autant de points que Le Corbusier théorisera en 1926 dans le Manifeste des cinq points pour une architecture nouvelle.

Texte : Gilles Ragot
Crédit photographies : Fred Boissonnas, Olivier Martin-Gambier, P. Willi
© FLC/ADAGP, 2014

 

INFOS PRATIQUES

 8-10, square du Docteur Blanche
75016 Paris
Contact : Tél. : + 33 01 42 88 41 53
Fax : + 33 01 42 88 33 17
e-mail : reservation@fondationlecorbusier.fr
Visitable